Lorsque j’ai vu le Tweet de Sam Testelin, disant qu’il jouerait son premier tournoi de golf en tant que professionnel, j’ai tout de suite voulu savoir à quoi pensait à ce moment même ce joueur de 19 ans. Comment aborde t-il ce passage dans le monde professionnel ? Y avait-il vraiment une différence ? Une réponse à ces questions ; demander un interview. J’ai découvert un jeune solide, très motivé, et qui s’entoure bien. Mais ce n’est pas tout. Découvrez le profil de ce joueur français à travers cet interview, et aussi les clubs qu’il a dans le sac.

L’interview

Sam testelin au départ

– À quel âge as-tu tenu ton premier club de golf ?
J’avais 8 ans c’était au Club Med a Pompadour avec mon père et des amis.

– Quand as-tu joué pour la 1ère fois sous le par ?
Je crois que j’avais 15 ans. C était au golf du Prieuré sur le parcours Ouest.

– Ton parcours préféré ?
Le Golf National, c est magnifique ! Toujours dans un état parfait et le tracé est incroyable. J’aime beaucoup Chantilly et les Aisses. Ce sont deux très beaux parcours.

– Ton meilleur coup de golf à tes yeux ?
Un putt de 12m à La Ganay en 2015 au golf des Aisses en quart de final contre Robin Roussel. C est le plus beau coup que j ai dû faire je pense. Pour au final gagner au 19e. Je m’en souviendrai toute ma vie de ce coup.

Swing Sam Testelin

– Le moment où tu as décidé de passer pro ?
En rentrant de mon premier tournoi pro en Égypte j’ai joué le Grand Prix de Saint-Donat et j’ai réalisé la différence entre le monde pro et amateur et j’ai dit à mes parents que je voulais devenir pro. J’en avais marre de cet univers amateur.

– Ton club préféré dans le sac ?
Le driver. C’est le club avec lequel je m’amuse le plus. Quand la balle tombe loin et qu’elle roule et qu’au final elle fait 270 m c’est jouissif. J’adore ce club.

– Tu as joué ton premier tournoi en tant que professionnel sur l’Alps Tour; le Gösser Open, après avoir joué un autre tournoi Alps Tour (Ein Bay Open) mais en tant qu’amateur. Peux-tu nous dire s’il y a une différence entre un tournoi en tant que pro et en tant qu’amateur ?
Je n’ai pas vraiment vu de différence. Je me sentais de la même manière en fait. Je crois surtout que je ne réalise pas encore que je peux gagner de l’argent mais c’est très bien comme ça 😊. Mes parents m’aident beaucoup là-dessus car ils me disent souvent que j’ai tout mon temps pour réussir du coup je ne me mets aucune pression.

– Peux-tu nous décrire les sensations que tu as ressenties durant le Gosser Open ?
Un peu de stress évidemment. Mais de l’excitation ! Se lancer dans le monde professionnel à 19 ans c est juste énorme. Je réalisais à certains moments que j’avais accompli un de mes rêves: être professionnel de golf. Et réaliser ses rêves c’est juste magique.

– Si tu n’étais pas golfeur professionnel, quel métier ferais-tu ?
Journaliste dans le sport. J’adore ca ! J’admire énormément le travail de mon père (NDLR:Régis Testelin, Journaliste Foot à L’Équipe) et c’est quelque chose qui m’attire.

– Tu es superstitieux ? À quel point ?
Un peu. Je vais mettre la même tenue que lors de mon dernier tournoi ou j’ai fais un super score par exemple ou marquer ma balle de la même manière.

– Quels sont tes objectifs cette saison ?
Pour une première saison je pense que finir dans les 30 premiers du classement final de l’Alps Tour serait un bon résultat. D’autant plus que le niveau est nettement meilleur que les années précédentes. Il y a de très grands joueurs.

Sam testelin

– On sait que le golf est un sport individuel, mais une équipe est nécessaire pour t’accompagner vers le sommet. Aujourd’hui qui t’aide dans la gestion de ta carrière ? (côté sportif, côté logistique, un agent, un coach, sponsors etc…)
Je suis très bien entouré. Côté sportif j’ai un coach physique, Frédéric Decamps avec qui j’ai commencé il y a un peu plus de 2 ans. Le travail qu’on a entreprit il y a un peu plus de 2 ans porte ses fruits. Je n’ai plus de blessure et jamais de douleur donc je suis dans de super conditions pour m’entraîner et pour les tournois.
Ma préparatrice mentale, Kristel Blandin m’aide également beaucoup. Nous travaillons ensemble depuis avril 2016 et ça se passe super bien. J’ai fait d’énormes progrès et ce n’est pas près de s’arrêter. Tous mes bons résultats sont en grande partie le fruit de son travail même si c est moi qui tiens les clubs 😜
Je n’ai pas d’agent non ! Je laisse mon père gérer ça. Je me concentre sur ce que je sais faire.
Je m’entraîne principalement avec Alain Alberti et aussi avec Antoine Maisonhaute le pro du Golf de Cannes-Mougins où je m’entraîne toute l’année. Avec Antoine on axe plus le travail sur le petit jeu, le wedging et le putting car on ne le travaille pas beaucoup avec Alain. Et Antoine est très compétent dans ce domaine donc je lui fais à 100% confiance.
Pour les sponsors, je suis aidé depuis cette année par Balata. C’est une marque de vêtements qui crée des polos de différentes couleurs. Très jolis d’ailleurs. Pour ce qui concerne les clubs Srixon m’aide également par l’intermédiaire du magasin Golf Distribution à Antibes.
Je suis également entouré par mes amis. Ils croient beaucoup en ce que je fais et ça me motive encore plus pour arriver tout en haut.

– Quels conseils donnerais-tu à un jeune joueur amateur qui voudrait passer pro ?
Je lui conseillerais de réfléchir car c’est une très grosse décision à prendre. Et s’il est sur à 100% de vouloir faire ce métier, qu’il le fasse à fond sinon ça ne sert à rien. Il faut qu’il sache avant tout s’il a la motivation pour se lever tous les matins à 7h pour aller au sport puis au golf puis pour s’étirer etc…
C’est avant tout un jeu mais si l’envie de réussir est là, il faut bosser. Le reste c’est de la babiole. Il n’y a que le travail qui paye.

– Et enfin as-tu quelque chose à ajouter ?
Je voudrai remercier le Golf de Cannes-Mougins pour leurs infrastructures. Ça fait 4 ans que je m’entraîne là-bas et les zones d’entraînement et le parcours sont vraiment top. Et mes proches qui me soutiennent. Sans eux je serais pas là où je suis aujourd’hui.

Dans le sac de Sam :

Driver: Callaway XR Sub Zéro 9,5 degrés. Shaft proforce 69 X-stiff
Bois 3: TaylorMade SLDR 14 degrés. shaft diamana white 80 tour X.
Fer 2: titleist 712u. shaft project X pxi 6.0
3 au 9: callaway RZRX shaft project X pxi 7.0.
wedge: cleveland RTX shaft dynamic gold X100 SL 108 (46/52/58)
putter: Odyssey tank.
Crédit Photo en tête : Agathe Séron

Nicolas BYKOFF
Suivez-moi

Nicolas BYKOFF

Ecrire sur le golf ? Pourquoi pas ? Cela fait plus de 10 ans que je joue au golf, et après avoir fait des stages d'arbitrages, eu ma licence d'agent de joueur, et avoir travaillé pendant trois ans en tant que starter, je m'octroie la légitimité d'écrire sur le golf.
Nicolas BYKOFF
Suivez-moi
Vous avez aimé ? Faites-le savoir :
Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on FacebookShare on LinkedInShare on TumblrShare on RedditBuffer this pageEmail this to someone